Après la pluie vient le soleil

De Federica Martucci
I.
Une salle de danse. Cris joyeux d’enfants provenant du couloir.
Prof (fort) : Equipez-vous les enfants : bottes, k-way, chapeau …Départ dans 2 mn !
P’tit gars rentre.
P’tit gars : Prof, on est tous prêts dans le couloir !
Prof : J’espère que vous avez révisé les paroles, ils vont chanter en anglais (fort pour que tous l’entendent) N’oubliez pas vos accessoires et répétez vos pas car surprise !… à la fin du spectacle les spectateurs, donc nous, aurons le droit de monter sur scène.
P’tit gars : Danser et chanter avec les acteurs ? J’oserai jamais.
Prof (se met à danser) : Si P’tit gars ! Tu vas voir comme c’est beau une vraie scène de comédie musicale. Mon rêve !
En dansant ensemble, ils sortent rejoindre les enfants dans le couloir.
Applaudissements.
II.
Dans le théâtre. Fin des applaudissements, musique, le spectacle commence.
P’tit gars : C’est de l’anglais ça ?
Prof : Je ne crois pas. Ou alors ça a bien changé depuis mon époque.

2
P’tit gars : Ils chantent en quelle langue ? Je ne comprends rien mais je reconnais les airs des chansons et la chorégraphie.
Prof : On s’est trompé de jour, ce n’est pas la version anglaise mais la version indienne aujourd’hui.
P’tit gars : Mais c’est la même histoire ?
Prof : Bien sûr ! La musique et le corps parlent la même langue dans le monde entier.
P’tit gars : Ecoutez, ils chantent celle qu’on aime bien (on entend l’air de « Chantons sous la pluie » il chante) « I’m singin’ in the rain, just singin’
in the rain. what a glorious feeling I’m happy again ».
Les enfants reprennent en choeur le même refrain.
P’tit gars : Ils ouvrent les parapluies, ça y est, comme dans le film, les bottes et tout et tout, oh il pleut fort.
Prof : Ils ont les moyens en régie !
P’tit gars : Quelle pluie !
Prof : C’est vrai qu’en Inde, il ne fait pas semblant de pleuvoir, il y a des déluges terribles.
P’tit gars : Il pleut beaucoup parce qu’ils sont nombreux en Inde !
Prof : Mais non c’est à cause du réchauffement climatique.
P’tit gars : J’ai reçu une goutte !
Prof : Moi aussi !
Voix des autres enfants : Moi aussi !
P’tit gars : Il pleut, pour de vrai !
Il pleut dans le théâtre.
Prof : Nom d’une grenouille en maillot de bain ! C’est vrai ! Ouvrez vos parapluies !

3
P’tit gars : Mais on devait pas attendre la fin et monter sur scène pour
les ouvrir en dansant.
Prof : Allons-y, tous sur la scène, dansez ! Maintenant P’tit gars c’est à
toi, montre-nous, fais nous Gene Kelly ! (Il l’encourage en dansant)
Hésitant, P’tit gars, parapluie ouvert et bottes aux pieds danse, tous
chantent « I’m singin’ in the rain, just singin’ in the rain etc..»…
Progressivement, il prend de l’assurance.
Prof (excité) : Allez amuse-toi ! N’oublie pas, tant que la musique
continue the show must go on, le spectacle continue ! Tant que la pluie
continue, danse !
P’tit gars : Il va pleuvoir longtemps ?
Prof : En Inde la Mousson peut durer des mois et des mois et avec le
dérèglement climatique ça ne s’arrange pas. Ça te plait de danser ?
P’tit gars (toujours plus à l’aise): Oui ! Mais si on fait la scène de la pluie
en boucle on n’arrivera jamais à la fin.
Prof : Pourquoi faudrait-il toujours une fin ? Pas de fin
aujourd’hui…Youpi…. !
On entend la pluie, les enfants et Prof chanter et P’tit gars danser.
III.
P’tit gars : C’est vrai, le climat ça devient n’importe quoi mais la pluie a quand même fini par s’arrêter après longtemps … longtemps, du coup moi je suis resté là, à danser, longtemps, si longtemps que mes jambes sautillaient toutes seules, comme Gene Kelly mais c’était moi et je me sentais bien. C’était il y a dix ans. Depuis ce jour de pluie, le soleil brille dans ma vie, je danse sur toutes les scènes du monde, je danse toutes les langues, et pour de vrai, pas en rêve.

Je suis comédienne, traductrice (italien, coordination du comité italien de la Maison Antoine Vitez) et auteure . J’ai débuté mon apprentissage Conservatoire de théâtre du VIIème arrondissement (Paris) tout en poursuivant des études de droit à Paris II et à Sciences Po Paris. J’ai ensuite été formée à l’école Les Enfants Terribles.
 Avant de me consacrer entièrement au métier de comédienne, d’auteur et de traductrice, j’ai collaboré ponctuellement à L’UNESCO, au service de la promotion du droit des femmes, et exercé en tant qu’avocate pendant cinq ans à Paris.