Avant de mourir, par Marie Vaiana

FILLE UN
FILLE DEUX
FILLE TROIS

FILLE UN. Moi, avant de mourir, j’aimerais me marier.

FILLE DEUX. Avec qui ?

FILLE UN. Peu importe, pourvu qu’on s’aime.

FILLE DEUX. Cela va de soi.

FILLE UN. Et toi ?

FILLE DEUX. Je ne sais pas, tant de choses, j’aimerais voyager, aller en Amérique. Et toi ?

La troisième fille ne dit rien, elle les regarde à peine.

FILLE UN. Elle ne parle pas français.

FILLE DEUX. La pauvre. Toi pas parler français ?

Silence.

FILLE UN. C’est une nouvelle. La maîtresse dit d’être gentil avec elle, qu’elle vient de loin, d’un pays où il y a la guerre. (Un temps.) Tu l’as apportée ?

FILLE DEUX. Quoi ?

FILLE UN. La lettre.

FILLE DEUX. Oui. (Elle sort la lettre toute chiffonnée de sa poche.)

FILLE UN. Je ne comprends pas ce qu’il lui trouve.

FILLE DEUX. Jean, mon frère, m’a donné cette lettre… Tiens, ouvre-la. C’est pour toi. (Elle tend la lettre à la troisième fille.)

FILLE UN. (lui prend la lettre des mains.) Merde, il lui a écrit un poème. (La deuxième fille reprend la lettre.) Elle ne va rien comprendre si c’est en français.

FILLE DEUX. Traduis avec des gestes.

FILLE UN. Dépêche ! Il fait froid dans le bois et on va arriver en retard à l’école.

La deuxième fille lit pendant que l’autre mime le texte.

FILLE DEUX. «je t’ai aperçue
hier derrière la grille
de l’école si belle si
légèrement vêtue
alors que dehors le ciel
pleure et tonne
je me suis dit : cette fille
n’a rien de monotone
elle a décroché mon coeur
et l’a remplacé par une douceur
pareille au vent d’automne»

La troisième fille regarde la première fille gesticuler et se met à rire.

FILLE UN. Elle se moque de nous. (La troisième fille fouille dans sa poche, trouve un bout de craie et se met à écrire sur le tronc d’un arbre : BEFORE I DIE I WOULD LIKE TO FORGET.) C’est de l’anglais. Qu’est-ce qu’elle dit ?

FILLE DEUX. Forget. Oublier. Oublier quoi ?

FILLE UN. Donc elle comprend, mais elle parle pas. (La troisième fille écrit : WHERE I COME FROM.) Qu’est-ce qu’elle veut dire ?

La troisième fille se met à mimer une scène de guerre, avec des bombes, des explosions, des gens qui meurent.

FILLE DEUX. Elle veut dire là d’où elle vient. La guerre.

FILLE UN. Il est l’heure, on va être en retard.

La troisième fille prend la lettre, la met dans une petite boîte qu’elle sort de sa poche.

FILLE DEUX. What is that ? (La troisième fille sort trois photos de la boîte.) Mother ? (Elle acquiesce.) Father ? Brother ? (Elle acquiesce.) Where are they ? (La troisième fille dessine une croix sur l’arbre.) Dead ? Morts ? Sa famille est morte. (La première fille est déjà partie.) Come, we go to class. (Un temps) You know, my brother is very nice guy. Maybe someday you will like him. Maybe someday we can be sisters. Nice ?

La troisième fille sourit. Elles s’en vont.


Parcours

Marie Vaiana est une auteure et metteure en scène belge. Elle travaille dans le cadre de la Compagnie Les plaisirs chiffonnés (www.lesplaisirschiffonnes.com).