Grands ensembles, par Caroline Frachet

 Tiefèn : 62 ans, identité masculine, porte un bonnet rouge, une veste jogging bleue passée, rayures oranges horizontales dans le dos, un pantalon gris clair, bandes blanches qui descendent le long des jambes. Tiefèn est accompagné de son petit chien Robot.

Yoru : 11 ans, identité féminine.

Cinq barres d’immeubles distribuées par de vastes espaces asphaltés dédiés à des parkings aériens et sous-dalle. Au Sud-Ouest les espaces verts plongent aux pieds du Vercors. 

On voit Yoru et Tiefèn l’un à côté de l’autre, en simultané.

Yoru 

est allongé sur un lit, derrière elle une fenêtre donne sur le parc. À côté du lit, un petit miroir posé au sol.

Mes paupières s’ouvrent
Par la fenêtre
Je vois le grand ciel bleu
Je sens la chaleur du soleil qui réchauffe mon visage
Et l’ombre du Grand Sapin se découpe sur mon corps.

Tiefèn

marche dans le parc accompagné de son petit chien Robot.

Ici c’est calme. Ici toujours comme ça. Soixante-deux ans. Né ici à l’ouverture des Jeux Olympiques de 68. Bientôt s’éteindre ici – avec  Robot.
Silence, raclement de gorge, soupire.
Le Grand ciel bleu, en cette saison, c’est une denrée rare à se mettre dans l’oeil un dimanche matin.

Yoru

Attrape le miroir et le tend vers la fenêtre, pour voir ce qui se passe dehors.
Yoru sursaute, se retourne d’un coup sec, accroupie sur son lit, regarde par la fenêtre.

 HA ! HAHAHAHA !
VOILA !
LUI LUI LUI LUI, HAHA,
LUI, je connais pas !
Jamais vu ! jamais croisé !

Possible ça ?   

Tiefèn

C’est dingue, l’herbe encore humide, les immenses sapins au dessus des immeubles, le cerisier dégarni par l’hiver, les cabanes à oiseaux toujours là, les écureuils chipent encore les graines, la vieille Catherine toujours sur le banc,  les voitures sur les parkings aériens remplacées par les Dro… /
Ho Mais ! Mais c’est quoi ça là ? Ce bout de reflet dans mon oeil ? cette lumière vibrante qui me chatouille l’oculaire ?

Yoru

HA ! Toi mon Vieux, Toi et Moi Le Vieux on va faire connaissance !
Tu vas rencontrer, bon gré mal gré, YORU l’oeil de la cité !

Tiefèn s’immobilise. Lève la tête vers le ciel, dégaine son smartphone et scanne le paysage autour de lui, espérant ainsi repérer l’origine du reflet sur son oeil.
L’écran du smartphone indique des bulles rouges sur une fenêtre située au 3ème étage du bâtiment E2.

Tiefèn

Je t’ai eu ! Ha !

Tiefèn sort de sa poche une paire d’ailes libellule pour smartphone 3ème génération, les visse difficilement et lance la commande vocale :

Troisième étage – droite.

Le Smartphone se dirige vers la fenêtre en question.

Yoru
observant la situation

Et ben enfin ! C’est pas trop tôt Le Vieux !

La Libellule arrive à la hauteur de Yoru qui ouvre la fenêtre.  

Yoru

Yoru 11 ans. Je connais tout d’ici —  ou presque— toi je t’avais pas encore vu ! Mais j’ai bien remarqué ton attirail. T’as pas pu te faire greffer un nouveau coeur plutôt que de te mettre sur batterie ?
Et puis c’est qui lui ?

La libellule enregistre – redescend vers Tiefèn qui visionne la vidéo et en enregistre une à son tour,  en réponse.

Tiefèn

Lui c’est Robot, il  régule l’utilisation de la batterie – les temps de veilles – les adrénalines nécessaires, bref. Bientôt l’épuisement mais enchanté. Tiefèn 62 ans.


Caroline est scénographe et aime écrire des paysages pour l’imaginaire.

https://www.carolineleila.com