Le couffin de Fatma, Chabchoub Taoufik

Espace :
Un coin bibliothèque dans une chambre : des livres mal rangés

Temps :
Un matin

Personnages :
– Une grand-mère
– Une fille de dix ans : Yara
– Shahraiar
– Shahrazade
– Fatma
– Houriaa

Première scène

Une grande mère écrivain. Elle cherche par ou commencer a écrire une pièce de théâtre  pour sa petite fille.

La fille : (entre dans le coin et cherche quelque chose puis puis s’adresse à la grange mère) : Merci grand mère!
La grand-mère : Pas de quoi ma Yara … Mais à propos de quoi ?
La fille : Vous avez oublié ?
La grand-mère : (murmure) Qu’est ce j’ai oublié ? … Ah oui… On ira au Souk… Tu …
La fille : Ou es mon cadeau ? N’est-ce pas mon anniversaire aujourd’hui ?
La grand-mère (Essaye de camoufler son agacement) : On ira acheter ton cadeau.
La fille : Vous m’avez promis de m’écrire une pièce de théâtre
(La grand mère saisit un cahier, chuchote) : Mon Dieu j’ai oublié … il faut que… (A voix haute). La voila!
La fille : Donne la moi!
(La grand-mère regarde à travers la vitre) : Mon dieu… inspirez moi (réfléchit) « Il était une fois, un sultan, décide de se marier. Celle-ci mais fidèle à son bien aimé elle décide de monter une ruse …
(Noir)

Deuxième scène

Lieu : un harem

La mariée : Sire … j’ai droit à une dot.
Le sultan : Que veux-tu ?
La mariée : je vous raconterai un conte avant de dormir
Le sultan : Allez, que j’entende tes bla bla bla.
La mariée : Il était une fois, une femme voyante, du nom de Fatma, qui prit un couffin, et partit au souk, acheter le trousseau de sa fille. Soudain une femme a surgit en criant :
La femme : Ce couffin est le mien… Je l’ai perdu depuis longtemps
Fatma : Menteuse …qu’Allah te punisse!  L… le couffin est un souvenir de mes parents.
La grand-mère (qui écrit) : les passants leur conseillent d’aller voir le juge. Au tribunal elles sont parties et devant le juge elles se sont présentées.
La femme : Votre Honneur, cette voleuse m’a dérobé mon couffin!
Fatma : C’est tout ce qui me reste de souvenir de mes parents!
Le juge : (s’adresse à la femme) si c’est le tien, décris- moi ce qu’il y a dedans…
La femme : J’ai des habits et des tapis, une vache à allaiter et une moissonneuse batteuse.
Fatma : J’ai une patrie et un drapeau.
La femme : Dans mon couffin, j’ai des musulmans, juifs et chrétiens, des arabes des berbères et des phéniciens, les ottomans et même les français, les derniers colons.
Fatma : Mon couffin barbouille… j’ai des hommes, femmes et enfants qui crient pour la liberté et la dignité, pour un meilleur avenir dans mon pays.
Le juge : Videz ce couffin ou je vous condamne pour outrage à la justice!
La grand-mère : Le jour s’est levé et la mariée s’est tut.

FIN


Texte de : Chabchoub Taoufik , professeur de théâtre en Tunisie, conteur acteur et metteur en scène
Président de l’association Quantara – pont- pour la communication et la créativité artistique
0021697558505
Chabchoub_tawfik@yahoo.fr