Le destin, par Chabchoub Taoufik

Espace : un marabout
Les personnages : un narrateur, un sage un enfant et un homme

Le narrateur : Un  sage ascétique que personne ne savait d’où il venait, vivait dans son marabout au sommet d’une colline. Il vivait de la charité  des gens d’en bas qu’un enfant lui rapporta.
Le vieux élevait un cheval
Une aube d’un jour pluvieux. Le cheval a dénoué les cordes  et a pris les  galops.
Le sage descend  le chercher en questionnant les passants.  Épuisé il prend  le chemin de retour. Il rencontre le petit
L’enfant : Ah ! Vous voila enfin dans notre village
Le sage : Les grondements des orages ont paniqué la bête
L’enfant : Et où en est t-il ?
Le sage : Il a repris sa liberté
L’enfant: Ah, quelle mauvaise nouvelle
Le sage : C’est le destin
L’enfant : Quel mauvais signe
Le sage : Et qui t’as dit que c’est un mauvais
L’enfant : Parce que depuis ma naissance on m’a abandonné. Je ne sais qui suis-je ni d’où je suis.
Le sage : Sais tu au moins ou vas-tu ?
L’enfant : Je vais le chercher .je me suis attaché a cette bête et la voila elle s’est sauvé
Le sage : C’est le destin. Tiens c’est pour toi.
L’enfant : N’est il pas beau ce morceau de tissu ?
L’enfant (l’attache a son cou) : Ecoute ce sont ses galops. Plutôt un troupeau sauvage l’a suivit jusqu’à l’enclot. Quelle chance
Le sage (murmure) : Et qui t’as dis que c’est un bon signe
L’enfant : Permettez moi de le monter  ou plutôt je veux tenter dresser un sauvage
Le sage : Evidement. C’est ton destin.
Le sage prend une plume et des petits bouts des papiers. Ils  les écrits et les garde dans une  boite. Un cri d’enfant puis il rentre attachant sa main a son cou par le précédent morceau de tissus
L’enfant : Je suis   tombé  mon bras  s’est fracturé
Le sage (l’examine) : C’est rien. Deux ou trois jours de repos et tu te remettras
L’enfant : Quelle malchance
Le sage : C’est le destin.
L’enfant : Je vais me contenter de regarder

Le sage : C’est le destin. Parfois il faut laisser passer les choses  et voire
Un homme entre en  hennissant : Pardon mon sage. Mais d’où vient ce jeune ?
Le sage : C’est un fils de Dieu et toi ?
L’homme : Je suis le substitut du gouverneur. Je suis chargé de mobiliser les jeunes au service militaire pendant la guerre. Désolé de vous annoncer cette triste nouvelle
Le sage murmure : c’est le destin

L’homme examine l’enfant : Bonne nouvelle ton enfant sera épargné. Il est inapte
Le sage : Et qui vous a dit que c’est son jour de destin
(L’homme sort et l’enfant se jette devant le sage)
L’enfant : Maitre, vous n’avez cessé de répéter le mot destin. Qu’est ce le destin
Le sage : C’est  de ne pas chercher d’où on vient ni ou on va, ni pourquoi ceci ni pourquoi cela ? Ni comment, ni ou ni quand ?la vie est une boite et c’est a toi de le remplir ou le vider
L’enfant : Mais ce sont les questions essentielles
Le sage : La vraie question est d’être
L’enfant : Etre ou ne pas être


Chabchoub Taoufik

Professeur d’art dramatique en Tunisie
Président de l’Association Quantara –Tunisie pour la communication et la créativité artistique