Timeous, Tristan Jacobs

Résumé :

Timeous est une courte pièce expérimentale née quelques propositions aléatoires. Partant de là, je me suis mis à penser Atlantis, au caractère circulaire et répétitif de nos célébrations et à cette manière qu’ont les vies, époques et autres choses de se chevaucher.

Iggy attend que sa fête d’anniversaire commence, et il commence tout seul – parce que parfois, dans un anniversaire, le plus important c’est qu’il est pour vous. Un mystérieux cadeau envoyé par un mystérieux donateur. Iggy emmène sa curiosité faire un tour, et découvre que dans une autre version de l’événement, ou dans la même, plus tard (ou plus tôt), c’est lui qui offre le cadeau.

Décor :
Un monde sous-marin.

Personnages :
IGGY, un garçon
IGNATIUS, un vieil homme
MAMAN, la mère d’Iggy
FILLE, la fille d’Ignatius
Note : la même actrice joue les rôles de MAMAN et FILLE

Iggy entre.
Une table, avec un cadeau posé dessus.
Il s’approche.

MAMAN : (off) Chéri ?
IGGY : Oui maman.
MAMAN : (off) Il y a quelqu’un ?
IGGY : Qu’est-ce que tu veux dire, maman ?
MAMAN : Est-ce qu’il y a quelqu’un ?
IGGY : Ben il y a moi..

Maman entre.

MAMAN : Je parle des invités. Est-ce qu’il y a des invités qui sont arrivés?
IGGY : Tous mes amis que tu as invités ?
MAMAN : Voyons Iggy, tu sais aussi bien que moi que ce n’est pas moi qui les ai invités.
IGGY : Eh bien en tout cas ce n’est pas moi. Et c’est mon anniversaire. Je     sais lire, je sais écrire, mais je n’ai pas envoyé une seule invitation.  (temps) Donc si tu ne l’as pas fait, et moi non plus – est-ce que quelqu’un va venir ?
MAMAN : Je sui sûre que oui. Ils sont juste en retard. Les Atlantéens ne sont pas connus pour être très ponctuels. Nappe !

Elle sort.

IGGY : Ponctuel – ponc-tue-elle. Ponc-tué. Qu’est-ce que ça veut dire ? En retard ? (temps) Qui a envoyé ça ?

Il regarde le cadeau.

Il y a un mot. “De la part de celui qui a tout organisé. P.”
Pé ? Parent ? Pamplemousse ? Philo?! Oui, il y a un pé qu’on n’entend pas. C’est possible !

Pause

On ne peut jamais vraiment savoir quelle heure il est, quand on vit sur le plancher océanique. On n’est jamais transporté par un lever de soleil ou ému par un coucher de soleil.

Il prend le cadeau et chante tout seul.

“Tu nous as enchantés
Merci pour le repas
On n’a pas mis de souliers
Tout ça à cause de toi.
Hip, hip, hourrah”

Il commence à ouvrir le paquet.

Pé pour paquet cadeau.

Il sort de la boîte un ballot, un cadeau empaqueté dans plein de papier, sur un plat.

Oh. Un plat. Pé pour plat. Oh.

Il jette la boîte en coulisses. Il commence à défaire le papier.

Pourquoi on ne peut pas organiser sa propre fête ? J’ai dix ans. Ça fait une décennie. Une décennie tout entière.

Il défait le ballot, déroule, déroule.

Quelle heure est-il ? Petit-déjeuner, déjeuner, dîner? L’après-midipeut-être ? Heure d’anniversaire.

Déroule encore.

Ça pourrait durer éternellement.

Il sort en coulisse, défait toujours le paquet.
Puis il revient, traverse le plateau, une traînée derrière lui.

Qu’est-ce qu’on enveloppe aussi bien que ça ?

Il va et vient en zigzaguant su le plateau .

Bibelots, livres, T-shirts… tremblement de terre, raz-de-marée… l’histoire, le temps.

Il est sorti de scène. Un moment où il ne revient pas.

IGNATIUS : (Off) Un cadeau des dieux.

Ignatius entre, un nouveau paquet dans les mains.

Il ne faut pas être en retard. Les invités vont arriver. Chérie ?
FILLE : (off) Oui papa ?
IGNATIUS : Tu as le plat ?

La fille entre, vêtue d’une nappe.

FILLE : Voilà.

Ignatius pose le paquet dessus.

IGNATIUS : Cinq décennies. C’est long.
FILLE : Le temps n’est pas long – la longueur c’est pour une ligne.
IGNATIUS : Tu crois que c’est assez?

la Fille sort.

“Tu nous as enchantés
Merci pour le repas…”

Elle revient avec la boîte à cadeau de tout à l’heure.

FILLE : Tiens.
IGNATIUS : Et voilà.

Il met le plat avec le paquet dans la boîte et noue avec le ruban.

FILLE : On y va ?
IGNATIUS : Ici c’est très bien.

La lumière baisse jusqu’au noir.

Texte français de Dominique Hollier

Read it in English


Tristan Jacobs

Tristan est titulaire d’une Maîtrise en Spectacle contemporain et a poursuivi ses études post-diplôme en jeu, écriture, et littérature dramatique. Il a travaillé pour le Musée National Anglais de Littérature, en tant qu’archiviste, aux manuscrits théâtraux, pendant 3 ans. Tristan a été publié par le South African Theatre Journal, et a participé au South African Young Playwriting Programme de l’Arts Council of England, à Cape Town, en janvier 2011. Il a eu la chance de présenter  au Congrès de l’Assitej de la même année, en Suède, l’un de ses articles, qui a, par la suite, été traduit en Anglais et en Espagnol. Depuis lors, il a présenté deux autres articles au GIPCA Institut de Cape Town, et au Festival International A-Maze, à Johannesburg.

En tant qu’auteur, il a écrit et interprété l’une de ses pièces, Dedicado, au Festival Artistique National. Il a participé au projet de développement artistique TWIST, à Grahamstown en 2011, publiant Potential Differential, et sa pièce Batata-a-murro a, également, été traduite et publiée dans le cadre du Proyecto 34 Theatre in Translation. Au festival Musho!, en 2012, sa pièce, écrite collectivement, « Les pigeons« , a remporté le Prix de la meilleure pièce originale. Son texte « Dance the dance » a été publié dans la collection de pièces courtes de l’Université de Johannesburg en 2012, et « Stoepkakertjie« , par Write Local Play Global en 2013.

Dominique Hollier

D’abord comédienne, Dominique Hollier traduit sa première pièce pour Laurent Terzieff en 1993. Depuis, elle a traduit plus de 75 pièces (N. Wallace, R. Harwood, DeLillo, D. Greig, S. Stephens, Z. Harris…) tout en continuant sa carrière de comédienne.

Dominique Hollier started off as an actor and did her first translation for L. Terzieff in 1993. Since then, she has translated over 75 plays (N. Wallace, R. harwood, DeLillo, D. Greig, S. Stephens, Z. Harris…), while continuing her acting carreer.

Contact : domhollier@free.fr